NEVER MIND THE WORDS | THÉÂTRE

7 épisodes sur la vie de Charlie Chaplin et Buster Keaton

Samedi 13 mai 19.00 / Dimanche 14 mai 17.00
Spectacle tout public – Durée 50 min
Avec Marie Duprat et Fiora Blasi

Un jour de l’année 1951, Charlie Chaplin invite Buster Keaton chez lui pour lui proposer de jouer un clown dans son film à venir : « Limelight ». La scène se passe à Los Angeles, avant le départ définitif de Chaplin pour l’Europe.
Flora Blasi, comédienne italienne, et Marie Duprat, musicienne française, restituent au public ce que fut cette rencontre, le conviant à vagabonder avec elles dans leur fantaisie, en mettant en jeu plusieurs registres de parole, leurs langues respectives, la musique…
« Never Mind the Words » est une réflexion en clair obscur sur le comique, le métier d’acteur, la rigueur et le lâcher prise qu’il suppose. De la peur d’entrer sur scène au moment de pure créativité et d’inspiration.

Trailer du spectacle : https://vimeo.com/214157227

Sur une idée originale de Marie Duprat
Mise en scène : Fiora Blasi
Assistante mise en scène/production : Elisabetta Scarin
Vidéos : Antonio Capocasale
Graphisme intertitres : David Poullard
Création lumière : Michèle Milivojevic
Voix enregistrée : Stéphane Ronchewski (version française) Michele Baronio (version italienne)
Photographe de plateau : Jeanne Forjonnel
En accord avec le Bureau Chaplin, Roy Export Cie (Paris).

Tarifs: 12€/6€
Tarif de soutien à l’Asso La Paix|Théâtre de l’Œuvre: 20€
Réservations: reservation@theatre-oeuvre.com

Fiora Blasi et Marie Duprat se sont rencontrées à Rome dans les années 2000 et ont participé à la création du « Cabaret Hypocondriaque » avec Luisa Merloni, spectacle théâtral et musical qu’elles ont joué en France et en Italie. Pour prolonger cet échange, elles ont créé « Never Mind the Words », partant de leur admiration pour ces deux grands acteurs et metteurs en scène, Charlie Chaplin et Buster Keaton, et d’un intérêt partagé pour le mélange actif de différentes formes d’expression : la parole, le mouvement, la musique…

Dans la presse …
« Autour de cette rencontre, les actrices nous présentent sept séquences d’improvisation. Façon “cinéma muet”, des cartons projetés aux murs rythment les scènes. Marie Duprat, au piano, semble happer au vol les mélodies des films vidéo-projetés. Tandis que Fiora Blasi, toute de noir et de blanc vêtue, paraît tout droit sortie de l’écran : un peu clown, un peu mime aussi, mais terriblement loquace, elle a cette gestuelle engagée et chaotique des films de Chaplin. On assiste alors à des dialogues improbables : la mère de Chaplin, du fond de son lit, qui analyse ses rêves. Les confidences “télé” d’une star au destin brisé par l’arrivée du parlant.
La scène finale, superbe, laisse le public en apesanteur. L’ensemble est pensé, soigné, et vif. » Vaucluse Matin, Sonia Garcia Tahar, 2/12/16.