BÉGUIN AU THÉÂTRE

Lucie et Gérard, rue Mission de France

 

Lucie – Nous habitions à la rue Mission de France au numéro 13. Mon père est arrivé à Marseille en 1924 avec sa mère. Ma mère, elle, est arrivée en 1947. Ce sont tous les deux des Arméniens qui sont nés en Turquie. Ils se sont mariés à Marseille. Moi j’ai toujours vécu dans ce quartier. Mais on ne savait pas qu’au numéro 1 de cette rue, il y avait la Société La Paix. Un jour, vers la fin des années 60 je pense, mon père a rencontré un ami plombier dans la rue, il lui dit : « Qu’est-ce que tu fais là ? » et l’ami « Je viens d’installer le chauffage central de cet immeuble. C’est une société philanthropique et un théâtre. Et tous les samedis on se réunit pour des conférences sur la spiritualité, tu devrais venir ! »

Mon père y est allé, il a été très bien accueilli et c’est comme ça que, par la suite, moi aussi je suis venue. J’ai fait du théâtre. D’abord j’ai commencé par des cours de diction données (donnés) par l’épouse du président fondateur. J’avais un cahier, il fallait que j’apprenne les leçons et chaque samedi, je récitais ma leçon. Elle me faisait faire des exercices pour perdre l’accent marseillais, pour bien prononcer, bien articuler… les différentes façons de dire le o, le é, le in. Un accent parisien à peu près, pas trop pointu non plus… entre les deux… J’étais jeune, je devais avoir quinze ans par là. Mon premier rôle de théâtre, ça a été bien sûr celui d’une bonne. Comme je débutais, je faisais la bonne. J’avais un trac fou. J’étais très timide. Après j’ai eu des rôles un peu plus importants. Il y avait des représentations tous les dimanches.

Une fois que j’ai mis les pieds au théâtre, je pouvais plus m’en passer. Le mardi soir et le vendredi soir, on répétait. Des fois ça durait jusqu’à minuit, une heure du matin. Le lendemain il fallait aller travailler. J’étais secrétaire et aide comptable dans une entreprise de manutention et de nettoyage à la rue de la République.

Moi le théâtre, ça me défoulait, ça me faisait du bien. Mon meilleur souvenir c’est quand on avait joué Annonces matrimoniales, il y avait Yvette, je faisais sa fille et on était plusieurs sur scène et on attendait notre tour pour passer à l’agence. Et en face

de moi, il y avait un comédien qui n’arrêtait pas de faire des grimaces M. Reboul. Il était comique ce bonhomme. J’ai failli avoir un fou-rire sur scène mais j’ai réussi à me retenir et en coulisse j’ai éclaté de rire, je ne pouvais plus m’arrêter.

Gérard – Et moi, la première fois que j’ai mis les pieds sur la scène du Théâtre de l’Oeuvre c’est en 1976. Je jouais Marius avec la troupe des comédiens de Provence. Mais je ne connaissais pas les activités de l’association. Je suis vraiment arrivé à l’association en 1990, par la connaissance des présidents de l’époque Jean-Marie Bono et sa femme Jeanine. Un jour ils m’ont dit « pourquoi tu viendrais pas à la société ? » Donc je me suis pointé et je leur ai montré mes écrits. Ça a été les débuts des arbres de Noël, des récits. J’en ai fait pendant un bout de temps. C’était des petites pièces que j’avais écrites. Le Troubadour de Provence, Fleur de Lune, Le prince de Samarkande. Et c’est comme ça que j’ai rencontré Lucie. Maintenant on a 21 ans de mariage.

Lucie – Bientôt 22. On s’est connu en 92, fiancé en 93, marié en 94. A ce moment, Gérard venait souvent avec Mme Macchi, la maman de Jeanine. Elle me disait « eh ben tu sais, Gérard, il a le béguin de toi. « Ça va pas non ! » Je ne la croyais pas. « Si, si, il me pose des questions sur toi ? Si tu es une fille sérieuse, si tu es de bonne famille »

Gérard – C’est possible.

Lucie – Comment c’est possible, c’est elle qui me l’a dit. Il se renseignait sur moi.

Gérard – Voilà !

Lucie – Et moi, après, je me suis renseignée sur lui.

Gérard – Ça a été l’échange.

Lucie – Et puis après un jour, c’est au téléphone que tu m’as demandé si on pouvait se rencontrer. J’y allais sur la pointe des pieds. Après les choses se sont faites naturellement. Ça s’explique pas, ça s’est fait comme ça.


Une exposition du Théâtre de l’Oeuvre. Merci à nos financeurs.

Logo-ville-de-Marseille-1470-1logo ESIA jpeg logo-2 logo-etat   dilcra_logo_header