La Journée d'Eros courts métrages

PASSÉ | LA JOURNÉE D’ÉROS | 11 COURTS-MÉTRAGES SUR L’AMOUR

Jeudi 14 février à 20.00 

La journée d’Éros | 11 courts-métrages sur l’amour | 1h43
Quotidiennement des milliers d’humains appellent l’amour de tous leurs vœux… L’amour, mais quel amour ? Marseille, un matin parmi tant d’autres, Eros est chez lui quand soudain il entend le chant lointain de jeunes enfants. Intrigué, il décide de partir à leur rencontre. Il ne sait pas encore que ce périple va le mener jusqu’au bout de la nuit…
Marseille, en 2018, a été une nouvelle fois capitale culturelle avec pour thème des festivités « Quel amour ! ». Thème inspirant qui méritait, à notre sens, d’être aussi abordé par des cinéastes « underground », hors de tout label. En marge de l’événement, il s’agit donc d’un projet participatif et intégralement auto produit. Le film « La journée d’Eros » est un long métrage de fiction regroupant 11 courts-métrages de réalisateurs et réalisatrices marseillais sur la thématique de l’Amour, et ses multiples facettes.

Présentation de Yes We Cannes Production
« Faites battre votre coeur avec un rêve et votre avenir sera radieux », telle est la devise de Nawyr Haoussi Jones, fondateur du collectif « Yes we Cannes ». Une phrase et un jeu de mots qui en disent long sur les ambitions qui animent ceux qui, chacun avec leur univers, ont suivi Nawyr dans ce projet. « Yes we Cannes », c’est la conviction, chevillée au corps, que tout est possible, que le rêve, pour peu qu’on s’en donne la peine, est à portée de main. Mais le rêve, pour tous ces jeunes réalisateurs, ne supplante pas le réel, au contraire : « Yes we Cannes » c’est aussi l’ambition d’un cinéma engagé et réaliste, en prise avec les gens, leur histoire, leur quotidien, leurs difficultés, leurs déceptions, leurs joies. Un cinéma qui suscite l’émotion et, surtout, qui crée du lien social, un partage en somme. Il ne s’agit pas de rester enfermé dans sa tour d’ivoire, loin de ces gens dont on prétend retranscrire, par le prisme de la fiction, les émotions. Le cinéma, au sein du collectif, se vit comme un échange : avec les associations qui participent aux projets, avec tous ceux qui s’impliquent bénévolement lors des tournages et, avant tout, avec le public qui assiste aux projections, débat, critique, suggère et, ainsi, fait germer l’envie de continuer, d’écrire, de tourner pour raconter de nouvelles histoires.

 + Soirée L’Amour en vinyle avant et après la projection ! Jazz, rock, slow, new wave et disco seront au rendez-vous et la buvette sera ouverte.

EmmaPASSÉ | LA JOURNÉE D’ÉROS | 11 COURTS-MÉTRAGES SUR L’AMOUR