Carte blanche à Fatma Sissani, festival Algérie plurielle, Marseille, Théâtre de l'Œuvre

CARTE BLANCHE À FATIMA SISSANI | FESTIVAL ALGÉRIE PLURIELLE

Mercredi 2 mai 16.00/19.00
5 € la séance / 8€ les deux séances – reservation@theatre-oeuvre.com
Carte blanche à Fatima Sissani dans le cadre du Festival Algérie plurielle. Projections suivies d’une discussion en présence de la réalisatrice.

16.00-17.30 LA LANGUE DE ZAHRA
Les Kabyles existent d’abord par la parole. Chaque geste, chaque instant de leur quotidien peut donner lieu à une langue de vers, de métaphores, de proverbes… Une réalité qu’on se représente mal lorsque l’on plonge dans la société de l’immigration où ces hommes et femmes, souvent analphabètes, sont relégués exclusivement au rang d’ouvriers et de femmes au foyer… Cette réalité, j’en ai réalisé toute l’acuité en filmant ma mère, son quotidien et son histoire. J’ai vu, fascinée, une femme arrimée à sa langue de façon indéfectible. Une femme dévoilant une oralité transmise de génération en génération. Une langue charriant éloquence et poésie pour dire l’enfance bucolique, l’exil, la pauvreté… Cette langue, c’est l’ultime bagage que des milliers d’émigrants kabyles ont emporté avec eux… Une langue pour se construire un ailleurs qui ne soit pas que l’exil… 

19.00-20.30 TES CHEVEUX DÉMÊLÉS CACHENT UNE GUERRE DE SEPT ANS
Eveline, Zoulikha, Alice. C’est le regard croisé de trois femmes engagées au côté du FLN sur la colonisation et la guerre d’indépendance algérienne. Elles connaîtront la clandestinité, la prison, la torture, l’hôpital psychiatrique. C’est au crépuscule de leur vie qu’elles choisissent de témoigner, après des décennies de silence. Avec clarté et pudeur, elles racontent l’Algérie coloniale, la ségrégation, le racisme, l’antisémitisme, la prison, la torture, les solidarités, la liberté et aussi la nature qui ressource, les paysages qui apaisent, la musique et la poésie qui permettent l’échappée … On entre dans l’Histoire et la singularité de leur histoire. Autant que document historique, ce qu’il est de manière rigoureuse, ce film donne à toucher l’humanité dans son foisonnement, la vie dans sa beauté et sa violence.

EmmaCARTE BLANCHE À FATIMA SISSANI | FESTIVAL ALGÉRIE PLURIELLE